Faits diversHorreur et récits

Les restes de 215 enfants retrouvés dans un pensionnat abandonné

Le pensionnat de Kamloops a ouvert ses portes en 1890. Construit pour accueillir les enfants autochtones, environ 150 000 élèves ont été enfermés de force dans ce pensionnat. Plusieurs d’entre eux ont été maltraités ou abusés sexuellement, et au moins 3 200 personnes y sont mortes, dont la plupart des suites de la tuberculose. Abandonné en 1969, une nouvelle découverte qui fait froid dans le dos vient d’être faite…

Lire aussi : L’effroyable sanatorium hanté de Waverly Hills

Une découverte dramatique

Un triste rappel de ce sombre chapitre de notre histoire.

A réagi le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur Twitter.

Aidé d’un géo-radar, un expert a découvert les restes des corps de 215 enfants dans le pensionnat de Kamloops. La cause des décès ainsi que la date sont encore inconnus, bien que leur disparition ait déjà été évoquée auparavant par des membres de la communauté autochtone.

Certains n’avaient que trois ans.

A affirmé la cheffe Rosanne Casimir.

Les résultats préliminaires de l’enquête devraient être annoncés dans le rapport, en juin 2021. En outre, la communauté qui est en relation avec le médecin légiste de la province et des musées, tente de dévoiler au grand jour cette terrible découverte. De plus, ils sont à la recherche de tout document qui traiterait ces décès.

Les activités considérées comme un génocide culturel

Ces pensionnats ont été forcés d’inscrire environ 150 000 enfants amérindiens, métis et inuits, les isolants de leur famille, de leur langue et de leur culture.

Selon les conclusions de la Commission nationale d’enquête en 2015, plusieurs personnes ont été abusées ou abusées sexuellement, et au moins 3 200 personnes y sont mortes, la plupart d’entre elles de la tuberculose.

Le comité a recueilli plusieurs témoignages d’Amérindiens. Ces derniers confirment que la souffrance, l’alcoolisme, la violence et les taux de suicide élevés sont encore courants dans beaucoup d’établissements. Malheureusement, c’est ce qui est en grande partie l’héritage de ce système de pension

Pensionnat de Kamloops, vers 1970 | © Library and Archives Canada/Handout 

À titre d’exemple, en 1910, le directeur du pensionnat de Kamloops s’était plaint d’une insuffisance de financements du gouvernement afin de nourrir correctement les élèves.

Dans le cadre de l’accord de 1,9 milliard de dollars canadiens (1,3 milliard d’euros), Ottawa a officiellement présenté ses excuses aux survivants de ces internats en 2008. La Commission nationale d’enquête a conclu que les activités du pensionnat sont un « génocide culturel ».

Donnez-nous votre avis !

Génial
4
Ému
30
J'adore
2
Intrigant
17
Lilian Sarrazin
Co-fondateur et rédacteur Les Lieux Abandonnés

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous aimeriez peut-être...

    Plus de :Faits divers