FranceHorreur et récitsLieux insolites

Sanatorium Mary Bell (sanatorium Bergesserin) : l’histoire d’un hospice hanté

Les sanatoriums sont des hôpitaux spéciaux conçus pour accueillir les personnes souffrant de la tuberculose. Les premiers sanatoriums ont été construits durant les années 1900 et étaient très célèbres, compte tenu de la situation sanitaire de l’époque due à la tuberculose.

Ils étaient certes très célèbres, mais certains le sont devenus plus que d’autres. Comme c’est le cas du sanatorium Bergesserin, plus connu sous le nom de « sanatorium Mary Bell » dont il s’agira ici. Continuez votre lecture pour découvrir l’histoire palpitante de ce fameux sanatorium.

L’histoire du sanatorium Mary Bell

Ancien sanatorium construit en 1932 et inauguré en 1947 après la Seconde Guerre Mondiale, le sanatorium Mary Bell est lieu d’isolement pour traiter les tuberculeux. La tuberculose étant une maladie très contagieuse, le sanatorium Mary bell comme tous les autres sanatoriums était construit loin des populations, dans des endroits calmes et isolés.

Le plus souvent ils étaient construits en altitude, loin de la pollution des villes pour aider à un retour à la santé des patients. Le sanatorium Mary Bell est compté parmi les sanatoriums les plus grands de France. Avec ses 350 mètres de long, ses 4 étages et un sous-sol, c’est une bâtisse très imposante et impressionnante.

La grande célébrité de ce sanatorium est due à certains évènements qui ont eu lieu dans ses murs et qui l’ont marqué à jamais. Des évènements qui ont servi à créer toutes les rumeurs selon lesquelles le sanatorium serait hanté. Ces événements marquants se résument en une histoire.

Le sanatorium Mary Bell était-il hanté ?

© Geneanet

Nous sommes en 1967. En cette année, une jeune fille atteinte de la tuberculose intègre le sanatorium. Les jours passèrent. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce que 6 mois plus tard, un évènement tragique se produisit.

La jeune fille aurait étranglé le garçon de 4 ans qui occupait la chambre voisine, la chambre numéro 308. Le garçon est retrouvé mort le lendemain. Sa mort est déclarée comme accidentelle.

Il est remplacé par un autre petit garçon de 3 ans cette fois-ci. Malheureusement pour ce dernier, il subira la même fin tragique quelques jours plus tard. Cette mort comme la première fut elle aussi déclarée accidentelle par les autorités du sanatorium. Quant à la jeune fille, elle était très jeune et niait les faits au moment des témoignages. 

Le 12 mai 1968, un autre décès survint au sein du sanatorium. Mais cette fois il ne s’agissait pas d’un meurtre, ni d’un acte de la jeune fille. C’était la jeune fille elle-même qui venait de mourir.

Mary Bell

Coup du sort ou hasard ? On ne saurait le dire. Mais elle n’était pas morte par strangulation, c’était la tuberculose qui avait eu raison d’elle. Le calme était revenu au sein du sanatorium. La vie suivait son cours habituel avec les patients et le personnel soignant.

L’«après Mary Bell»

Toutefois, 1 an après la mort de la jeune fille un évènement assez troublant se produisit. Le même jour que celui de la mort de la jeune fille, un jeune garçon perdit la vie dans la chambre numéro 308, chambre où elle aurait étranglé les deux autres garçons. 

Depuis cette histoire, l’atmosphère du sanatorium devint lourde et pesante. Des portes qui claquent, des parquets qui grincent, des bruits qui provenaient du cinquième étage où se trouvait la chambre de la jeune fille décédée. C’est de là que partirent les différentes rumeurs selon lesquelles le sanatorium serait hanté

C’est à une histoire similaire que le sanatorium Mary Bell doit son nom. En effet, l’histoire de la jeune fille qui étrangle les deux jeunes garçons n’est pas nouvelle.

A Newcastle en 1968, une jeune fille de 11 ans du nom de Mary Bell étrangle deux jeunes enfants de 3 et 4 ans. Ces deux meurtres firent d’elle une des plus jeunes enfants tueuse d’enfants de l’histoire. Même mode opératoire qu’au sanatorium, la mort par étranglement. C’est compte tenu de la similitude de ces deux histoires, que le sanatorium a commencé à porter ce nom de sanatorium Mary Bell. 

L’abandon du sanatorium

© Geneanet

Plusieurs années après ces évènements, en 2008 plus précisément le sanatorium est laissé à l’abandon. Il ferme ses portes pour des raisons financières.

Après avoir servit de terrain d’airsoft, la mairie de Bergesserin a récemment annoncée que l’ancien sanatorium serait bientôt réhabilité pour créer une « Maison du Geste »

La Maison du Geste a vocation à être un lieu de vie, d’échange, de formation, de création et de transmission des savoir-faire et des savoirs relatifs aux métiers et activités où le geste est mobilisé : artisanat d’art, artisanat de la réhabilitation du patrimoine, spectacle vivant (notamment cirque), création artistique,…

Mairie deBergesserin

Lire aussi :

Donnez-nous votre avis !

Génial
3
Ému
1
J'adore
1
Intrigant
0

Comments are closed.

You may also like

More in:France