Horreur et récitsLieux insolitesUrbex

Hôpital psychiatrique abandonné de Volterra : l’effroyable récit de son histoire

hopital-psychiatrique-abandonne

Ressemblant à un hôpital psychiatrique abandonné tout droit sorti d’un film d’horreur, l’établissement situé à Volterra, en Italie, n’est plus qu’une ruine représentant une fermeture en raison du traitement cruel de ses patients.

L’histoire de l’hôpital psychiatrique abandonné

L’hôpital psychiatrique abandonné à ce jour a été fondé en 1888. En 1902, le service a été nommé Frenocomio (ce qui signifie hôpital psychiatrique) S.Girolamo.

L’institution a subi une montée importante, en se développant progressivement avec la création de commerces, de services, d’une entreprise agricole et d’une section judiciaire.

L’idée était de construire un village indépendant dans lequel les patients pourraient se sentir libres, mais aussi de mettre en œuvre un plan de travail adapté à chaque patient afin d’orienter leur réinsertion dans la société après l’hospitalisation.

hopital-psychiatrique-abandonne

Entre 1902 et 1909, de nombreux nouveaux patients sont arrivés et de nouveaux pavillons ont été construits pour les accueillir. Mais Luigi Scabia, le propriétaire de l’hôpital psychiatrique, a pris sa retraite en 1934 et est décédé peu de temps après, choisissant d’être enterré dans le cimetière de l’institution avec les cadavres de détenus non réclamés par leurs familles.

Dans les années 1950 et 1960, l’asile est devenu l’un des plus grands hôpital psychiatrique d’Italie.

L’abandon de l’hôpital psychiatrique

La loi 180 (également connue sous le nom de loi Basaglia, du nom de son architecte, le psychiatre Franco Basaglia), a imposé la fermeture de tous les hôpitaux psychiatriques d’Italie, ainsi que la réglementation des traitements médicaux obligatoires.

Jusqu’à ce que la loi Basaglia mette fin à l’ère des asiles, aller à Volterra signifiait souvent être interné dans le pavillon Ferri, la section judiciaire de l’hôpital psychiatrique. Cette dernière hébergeait 6 000 personnes simultanément, avec seulement 20 lavabos et 2 toilettes pour 200 patients. On pouvait être enfermé dans le Ferri au premier signe de dépression ou de schizophrénie.

hopital-psychiatrique-abandonne
© TravelGal

Les pratiques telles que le traitement par électrochocs et l’induction de comas avec l’insuline étaient courantes. De plus, un manuel de pilules et de poisons administrés aux patients à des fins de tests, sans tenir compte de leurs conséquences souvent irréversibles a été trouvé.

Les patients étaient souvent sous sédatifs, isolés ou placés dans des réservoirs remplis de glace. Les chambres avaient des grilles semblables à des prisons et les infirmières étaient qualifiées de «gardiens» ou de «supérieurs».

L’hôpital psychiatrique ferme ses portes en 1978, après l’entrée en vigueur de la loi Basaglia. Il devient très rapidement un lieu fréquenté par les passionnés d’Urbex, mais aussi par des vandales.

hopital-psychiatrique-abandonne
© Flickr

L’hôpital psychiatrique devenu connu grâce à un patient

Parmi les patients de l’hôpital psychiatrique se trouvait Fernando Oreste Nannetti (1927-1994). Pendant une quinzaine d’années, il a utilisé une ceinture pour graver son journal intime sur le mur de l’asile. Un travail colossal de 70 mètres de long.

hopital-psychiatrique-abandonne

Son œuvre est monumentale, 70 mètres de long et 1 mètre de haut. Ses mots rappellent l’alphabet étrusque et il n’y a pas de signes de ponctuation dans les phrases qui peuvent être lues à l’envers comme à l’endroit.

Mais, en raison des dommages causés par le vent, le soleil et la pluie, la sculpture murale de Fernando Nannetti est en train de disparaître. Afin de préserver la mémoire, l’historienne de l’art Lucienne Peiry a publié le « Livre de pierre« …

hopital-psychiatrique-abandonne
© Pier Nello Manoni

Donnez-nous votre avis !

Génial
14
Ému
17
J'adore
23
Intrigant
34
Lilian Sarrazin
Co-fondateur et rédacteur Les Lieux Abandonnés

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous aimeriez peut-être...